Télécharger le mémoire - FGF

fgf.be
  • No tags were found...

Télécharger le mémoire - FGF

2.5 Aspect socialSi des aspects économiquement durables et écologiquement durablessont appliqués et défendus, ceux sociologiquement durables restent encoreassez flous. Des définions relaves aux aspects environnemental etéconomique sont développées avec chacune un intérêt de développement.Du côté environnemental, on définit plutôt « le fait d’améliorer les condionsd’existence des communautés humaines, tout en restant dans les limites dela capacité des écosystèmes » 42 . Le caractère économique a pour but, lui,de ne pas décroitre le bien-être et la possibilité d’acons économiques desindividus. Dans les deux cas, le développement est un objecf, laissant à ladurabilité la mission de sauvegarder la planète.Ce troisième pilier social qui semble appliqué sous des volontés socioéconomiquesou socio-écologiques est pourtant un objecf en soi. EdwinZaccaï, professeur et directeur du Centre d’Etudes du DéveloppementDurable à l’ULB, résume, dans son ouvrage de 2002, quatre aspects de cepilier : « …des changements culturels, de nouvelles atudes par rapport auxrisques, un accroissement des connaissances, des structures démocraqueset médiaques portant de nouvelles revendicaons… » 43 . En réalité, le piliersocial, permeant la reproducon de la vie sociale, suggère de nombreuxobjecfs aux bénéfices de décisions économiques et environnementales.On pourrait nommer ce pilier social, le pilier polique car il s’apparente àun projet de l’homme sans cesse en évoluon. Le projet socio-polique esten évoluon permanente et en adaptaon à l’homme, à son milieu et à sonacvité.42 UICN, WWF et PNUE, Sauver la planète, stratégie pour l’avenir de la vie, NewYork, ONU, 1991 sur hp://www.europarl.europa.eu43 Z E, Le développement durable, dynamique et constuon d’un projet,Ecopolis, 2002, p. 522.5.1 L’aspect social pour un habitat durableComme le défendent Charlot-Valdieu Catherine et Outrequin Philippe 44 ,le développement durable ne peut ignorer les démarches collecves d’aidessociales par la solidarité tant dans la sphère publique que privée. De plus, pourqu’une démarche de développement durable puisse réellement se mereen place, tant dans les projets d’architecture que dans les entreprises, il fautune prise de conscience de tous les acteurs à travers l’éducaon de ceux-ci,la culture et la parcipaon. Ces trois acons permeront de remere enqueson nos manières de consommer, d’épargner et d’agir avec les autres.Tenir compte de l’aspect social c’est donc, par exemple, développer :• Une démocrasaon parcipave tant au niveau des décisionsque des acons (collecvités, associaons citoyennes locales ou plusglobales, etc.). Ceci sous-entend, par exemple, une communicaon et uneorganisaon appropriées. Cee parcipaon est souhaitable à toutes leséchelles organisaonnelles. On peut soutenir des acons locales commele font, par exemple, les Agendas 21. Caroline Speirs défend les Agendas21 comme « l’instrument principal de ce développement durable urbainest, depuis 1992, l’Agenda 21 local. Le chapitre 28 d’acon 21 encouragetoutes les collecvités locales (villes, communautés,…) à préparer et mereen œuvre ces programmes. Les collecvités travaillent, en partenariat avectous les acteurs de la communauté (citoyens, associaons), pour élaborer unplan d’acons concrètes visant au développement durable de leur territoire.Il doit en reprendre les trois axes, ECO, ENVI, SOCIO. » 45 Il faut toutefoisinsister sur l’intérêt d’impliquer les acteurs dès la phase décisionnelle.Cee parcipaon, dans le domaine de l’architecture, peut se déclinerà l’échelle de la ville mais également à l’échelle d’un projet. La ville de44 C-V C et O P, L’urbanisme durable :concevoir un écoquarer, Paris, Le moniteur, 200945 S C, Le concept de développement durable : l’exemple des villesfrançaises, Paris L’Harmaan, 2003, p. 162.25

More magazines by this user
Similar magazines