Views
5 months ago

Museikon_1_2017

La poudre aux yeux des

La poudre aux yeux des saints : Contributions ethnologiques au dossier des peintures murales endommagées en Roumanie | 117 pas de la beauté en tant que telle, mais simplement de son pouvoir de séduction, du pouvoir d’attirer le regard des autres. Ces Autres restent sous le charme de la personne jouissant de ce sortilège ; ils ne peuvent plus la quitter des yeux. Le caractère contradictoire de ces pratiques consiste à mélanger un concept religieux et dogmatique (la beauté du saint en tant que reflet de la beauté suprême, imperturbable et toujours favorable de Dieu) avec les croyances dans le pouvoir de fascination de l’art et de la beauté (ou bien de la beauté de l’art). Cette dernière force ensorcelle, avec de bonnes ou mauvaises conséquences, elle attache les yeux regardés aux yeux regardants. Les yeux deviennent alors la première étape d’un chemin qui mène vers l’« intérieur » de la victime. Ces croyances ne sont pas trop différentes de celles dans le Mauvais œil ; elles s’articulent inversement. Cela permet de supposer que les saints sont ceux qui charment par leur beauté. « La femme sera aimée comme les saints sont adorés par chacun ». 24 On peut observer ici la tendance à attribuer au saint un pouvoir dont il dispose pleinement, en son nom propre, et non pas le pouvoir reçu en tant que médiateur entre Dieu et les hommes. Cette déviation permet à l’enchanteresse / l’enchanteur d’attirer le saint dans ses jeux magiques. À son tour, la lyrique érotique roumaine contient des exemples métaphoriques faisant référence au même mécanisme par lequel le / la bénéficiaire du sortilège en question semble prendre la place de l’entité sacrée, qualité à partir de laquelle il exerce son pouvoir de fascination : Foaie verde boabă coarnă Ioană, Ioană, dică Ioană, Naiba 25 te scoase-n poiană, Frumoasă ca o icoană? Pupu-ți ochii ș-o sprânceană Și-alunița de sub geană. 26 Ma belle Jeanne, ô gué, ma Jeanne Pour des prunes tu vins, chère femme, Le Malin manda ta flamme En plein bois à perte d’âme Douce icône à embrasser Sur les yeux et les sourcils, Sur le grain de ton beau cil. Les yeux sont ici bien-aimés et protégés. Mais les chansons d’amour font référence aussi à des situations dans lesquelles l’objet religieux, en l’occurrence l’icône, devient le support des pratiques magiques : Nu găsesc o vrăjitoare Să-mi descânte la icoane. 27 Je recherche une brave pythie, Aux icônes qu’elle chante et prie... En directe relation avec notre discussion, il convient de citer quelques variantes qui concernent les sortilèges d’amour (l’amoureux devient ici la victime du regard de son aimée ou vice versa) et le dommage apporté aux yeux. Le premier sortilège a été enregistré dans le village de Dioști, dans l’ancien comté de Romanați (aujourd’hui comté de Dolj) : Frunză verde ș-o lalea Costică, inima mea, De te-aș prinde undeva, Numai ochii ți i-aș lua. 28 Constantin, mon doux, mon cœur, Pour les fleurs, pour la verdeur, Si un jour je t’attrapais Je prendrais tes yeux de gré. Le deuxième provient du village de Bistrița, dans le comté de Vâlcea : Puica neichii cu doniță Mânca-ți-aș gurița friptă; Ochișorii să ți-i beau, După drumuri nu mai stau! 29 Quand tu portes, ma poulette, Le seau d’eau mis sur ta tête, Je boirais tes yeux amènes Et ta bouche serait ma cène. 4. Un effet apparemment similaire à celui de la catégorie précédente (annulant le pouvoir décisionnel des victimes), mais avec d’autres fins et capitalisant sur d’autres qualités de la figure peinte, se manifeste dans la situation où « tout être devrait se tenir devant les vieilles femmes comme un saint ». 30 Il est alors possible d’identifier un mécanisme de type similia similibus dont la référence est l’immobilité de la figure peinte. À un niveau plus profond d’interprétation, en revanche, la signification et la finalité non-exprimées d’un tel rituel semblent être le détournement de la mission des saints. Ces derniers, intercesseurs subordonnés à Dieu, finissent par obéir au pratiquant de la magie. Le caractère immobile de l’image est transféré au saint / prototype, obligé de rester immobile, à la disposition de la sorcière enchanteresse. Il est essentiel d’observer ici la valorisation magique et dangereuse de la dialectique différenceidentité qui définit la relation entre l’image et la réalité sacrée que l’icône représente. Ce qui surprend, c’est que le principe dogmatique est respecté, quoique les pratiques rituelles développées ne soient pas du tout canoniques. 5. Par rapport au registre assez ‘sage’ que nous venons de sonder, la catégorie suivante de notre classement constitue un véritable tournant : « les yeux de certains saints sont arrachés sous prétexte qu’ils seraient porteurs de cornes » (dans le comté de Buzău). 31 L’allusion est encore plus évidente dans la réponse suivante, où les saints ne peuvent plus lutter contre le diable, qu’ils doivent suivre. Notons, au passage, que cette réponse donne aussi quelques informations sur les gestes rituels et sur les accessoires requis : « la poudre ou la terre enlevée de l’enduit d’une peinture murale sont mises dans la boisson ou dans la nourriture d’un homme, après avoir été brûlées. Elles sont mélangées lors des sortilèges avec de l’œuf couvé par une femme pendant une semaine » (dans le comté d’Olt). 32 Ces pratiques sont déjà mentionnées dans des récits qui décrivent certaines techniques magiques, lesquelles doivent évidemment rester secrètes. Dans ces récits, les femmes couvent un œuf à l’aisselle de leur bras, afin d’obtenir le secours d’un serviteur démoniaque dans la préparation des charmes érotiques. Ce serviteur est le plus souvent un zmeu – personnage fantastique spécifique au folklore roumain, doté de pouvoirs surnaturels ; les zmei proviennent du dragon par une métamorphose surnaturelle – ou un spiriduș – équivalent du lutin. Enfin, il faut observer que dans le même registre magique, la poudre des yeux des saints

118 | Laura Jiga Iliescu peut être utilisée pour voler le lait des vaches (dans le comté d’Argeș). 33 Dans ce dernier cas, une fois capturée, la vue du saint est complètement détournée et semble jouir à juste titre des puissances dangereuses du Mauvais œil. 6. Nous voici enfin arrivés à la dernière catégorie, celle qui concerne un registre de puissance positive, avec une finalité encore une fois thérapeutique (pour dissoudre cette poudre dans le bain que l’on donne aux enfants possédés) ou plus spécifiquement fertilisante (pour la mélanger avec les graines que l’on donne aux poules, afin qu’elles pondent beaucoup d’œufs et que les poussins soient nombreux et en bonne santé, dans l’ancien comté de Prut), voire pour combattre les effets du Mauvais œil et les agressions démoniaques. 34 7. Quoiqu’il ne s’agisse pas d’une véritable catégorie, il est sans doute utile d’ajouter ici, à la fin de notre classification, une série de cas isomorphes aux pratiques discutées ci-dessus. Dans ces autres situations, la pratique de capturer et de manipuler la poudre magique ne concerne plus les yeux des saints (ou d’autres parties de leurs représentations), mais plutôt les personnages du registre négatif de la sphère sacrée. Il arrive par exemple que les yeux des démons représentés sur les parois des églises soient aussi arrachés, soit pour punir ces démons (à Orlat), soit pour utiliser leurs yeux dans la préparation des charmes (dans le comté de Dolj). Si l’action concerne une représentation de la Mort, on lui arrache les yeux et on lui coupe les jambes parce qu’elle a tué un enfant. 35 Il s’agit d’un acte de vengeance. Ces situations ne concernent pourtant pas les icônes. Par conséquent, la logique magique ne suit plus le principe dogmatique de la relation entre la représentation et l’entité représentée. Il ne s’agit plus de la dialectique simultanée de la différence dans l’identité. L’image devient simplement un double du personnage en question. Il en va de même pour les situations où l’on a abîmé les représentations des fondateurs (ktitors) de l’église en question. Le geste vise de manière directe et explicite la personne et / ou la famille du fondateur. De telles situations témoignent parfois de conflits locaux entre différentes familles ou paroisses. Dernier point mais non des moindres, notons également des situations qui n’ont aucun rapport avec les réponses au questionnaire de Hasdeu. À Dolhești, dans la Bucovine, les yeux et les bouches des ktitors représentés dans la composition votive semblent avoir été arrachés, si l’on suit la légende locale, par les Turcs, car il s’agit du portrait de quelqu’un qui avait combattu ces derniers. Il est cependant impossible de savoir s’il ne s’agit pas, comme dans nombre d’autres cas, d’une banale damnation d’Autrui, surtout parce que le personnage en question a été peint sur le registre inférieur des peintures de cette église, autrement dit dans l’un des endroits les plus accessibles. Cela suffit pour donner une idée générale de toutes les pratiques qui peuvent être liées à l’arrachement des yeux des saints (et d’autres figures) peint(e)s sur les parois des églises. * * * Pour le moment, il serait prématuré de tirer une conclusion. La pratique analysée dans la présente étude n’a pas encore Fig. 18 : Mutilations des yeux des diables dans les peintures murales de l’église d’Olari (comté de Vâlcea). Cliché : Ştefan Iliescu. Fig. 19 : Mutilations du visage d’un ktitor médiéval dans les peintures murales de Dolheşti (Bucovine). Cliché : Alexandru Mircea. Fig. 20 : Mutilations des ktitors modernes à Curtișoara, dans le comté de Gorj (Olténie). Cliché : Șerban Bonciocat.

Revue archéologique
La cathédrale ..
La Présence de Dieu - Plough
hildegard_franz_
RDV_actionnaires_2e_semestre.pdf - Saint-Gobain
LB fr - MOPP - Mission ouvrière Saints-Pierre-et-Paul
La communion meditee au pied du St Sacrement
Mandements et circulaires [des vques d'Ottawa]
AGENDA - Sanctuaires de Paray-le-Monial
La legende dorée
Mars - The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints
Nouvelles de Chrétienté 77 - Dici
De la mort à la vie - St Etienne en Drouais
Numéro 148 - Partage Présence
Juin - The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints
Août - The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints
111 - Beata Madre Pierina De Micheli
Oeuvres de Mgr. Freppel : évêque d'Angers ..
La Vraie Vie en Dieu - Tlig.fr
Juillet - The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints
Octobre - The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints
fêtes religieuses - CSDECSO