Désolé j'ai ciné #6

djcmagazine

96

Véritable révolution dans le cinéma,

«Naissance d’une nation» n’en reste pas

moins une oeuvre contestable dans son

propos - propos qui lui vaudra d’ailleurs bien

des ennuis après sa sortie - qui engendra

des changements autant au cinéma que

dans les plus hautes sphères politiques.

Si l’on outrepasse l’aspect purement

technique du film, de nombreux points ont

de quoi en choquer plus d’un. Notamment

la représentation des noirs qui apparaissent

comme de simples sauvages, pilleurs,

destructeurs, violeurs et avides de pouvoir

- le Quinté gagnant - tandis que l’Américain

caucasien - et bourge évidemment - apparaît

comme le sauveur de la population et le Ku

Klux Klan comme les Chevaliers de la table

ronde dans un élan patriotique défiant toute

concurrence. Le tout avec un casting 100%

blanc - les noirs étant tout simplement des

acteurs blancs maquillés -, Griffith coche

toutes les cases du film 100% raciste. Bingo.

Lorsque la NAACP (National Association

for the Advancement of Colored People) a

eu vent de la sortie de ce film, elle a tout

fait pour l’interdire - connaissant déjà les

précédentes oeuvres de Dixon - avant même

de l’avoir vu. Malheureusement leurs craintes

rassemblement de la NAACP

se sont confirmées lorsqu’ils ont finalement

pu visionner le film. À la suite de quoi, elle

demande au siège nationale de la NAACP à

New-York d’agir.

« [Le film est] historiquement inexact

et, avec un certain génie, conçu pour

excuser et justifier les lynchages et

autres actes de violences commis à

l’encontre du Nègre. »

Les diverses branches de l’association

mettent en place des campagnes

pour interdire la diffusion du film. Des

contestations dont les voix se font de plus

en plus fortes poussent même le président

Woodrow Wilson à nier d’avoir approuvé ce

film - alors qu’il l’a diffusé à la Maison Blanche

pour faire plaisir à Thomas Dixon qui était

un ancien camarade de lycée -. D’un autre

côté, ce vent de colère attise aussi l’ennemi.

On recense régulièrement des accrochages

et agressions dont la mort d’un lycée noir de

15 ans, abattu par un homme blanc sortant

du film à Lafayette dans l’Indiana.

Cependant, la NAACP se retrouve bien vite

prise à son propre piège quant à la demande

de censure de «Naissance d’une nation», les

More magazines by this user
Similar magazines