LA CIVILISATION FRANÇAISE

tinread.usb.md

LA CIVILISATION FRANÇAISE

égime préventif comportant l'obligation d'obtenir une permission ouun privilège. Seules les publications officielles pouvaient traiter dessujets d'actualité. A Paris, dès le milieu du XVII -e siècle, des articlesde commentaires étendirent leur champ d'information à tous les aspectsde la vie sociale et culturelle, inondant la France de multiplesnouvelles manuscrites. Aux côtés de la Gazette, deux autres titress'imposèrent à cette période: le Journal des savants (presse scientifique)et le Mercure galant (presse culturelle et littéraire). Au XVIII -esiècle, l'instrument privilégié de l'expression des idées restait toutefoisle livre ou la brochure; la presse était encore relativement passive,laissant à la littérature le soin de mener les combats.La Révolution française marqua une étape fondamentaledans l'histoire de la presse. Elle établit pour la première fois lesgrands principes de la liberté de la presse, principes qui servirent deprogramme pendant tout le XIX -e siècle aux revendications des journalistesdans le monde entier. L'article XI de la Déclaration desdroits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789 affirme « la librecommunication de la pensée et des opinions comme un des droits lesplus précieux de l'homme ». De 1789 à 1800, plus de 1 500 nouveauxtitres parurent, consacrant la puissance politique du journal.La sévère surveillance à laquelle l'Empire soumit ces parutionstémoignait d'une prise de conscience très nette du pouvoir potentielde la presse.Au XIX -e siècle, le journalisme fut également marqué par larévolution industrielle et l'accroissement du nombre de lecteurs potentielsgrâce à la généralisation de l'instruction. Les progrès techniquesliés à l'apparition de nouvelles machines, comme la linotype,contribuèrent à augmenter considérablement les tirages.La naissance de la presse à bon marché fut freinée pendantun temps par le prix élevé des abonnements, dû notamment auxdroits de timbre. Afin de contourner ce problème, deux journauxeurent l'idée de baisser leur prix de vente et de compenser ce déficitpar la location d'espace publicitaire. Ainsi, en 1836, le Siècle et laPresse annoncèrent un abonnement à 40 francs au lieu de 80 francs.Leur succès obligea les autres à suivre la même politique. En 1863 le- 285 -

More magazines by this user
Similar magazines