ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

pdf.usaid.gov

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

éduit d’autant. Comme ailleurs en Afrique, il existe un conflit intense entre les besoins de la communauté

locale et les intérêts des enseignants en tant que fonctionnaires syndiqués. Avec la décentralisation, les

enseignants des écoles primaires et dans une certaine mesure ceux des écoles secondaires courent le

risque de perdre leur statut et au moins une partie de leurs privilèges. Il est peu probable que les étudiants

des Grandes Ecoles et des universités à qui on a toujours inculqué qu’ils représentaient le summum de

l’éducation “occidentale” qui leur offre un statut d’élite à vie et une aisance relative, répondent

favorablement aux arguments en faveur de la redistribution d’une partie des ressources qui leur sont

attribuées en faveur du “bien-être public.” Et les politiciens qui courtisent ces étudiants ne vont

certainement pas prendre de décisions radicales pour redistribuer le gâteau plus rationnellement. Ces

résistances ne seront pas faciles à surmonter, néanmoins chacun de ces problèmes sous-entend une

sérieuse mauvaise répartition des ressources publiques, pour ne pas mentionner le terme de corruption.

Recommandations

Le système éducatif présente toute une série de possibilités de réformes et de meilleure gouvernance. Les

expériences de meilleures pratiques en Afrique et autres pays en développement suggèrent que beaucoup

de cas pourraient s’appliquer au Sénégal comme. : 22

• Améliorer la responsabilité de l’administration scolaire au moyen d’une plus grande participation

des parents (El Salvador- EDUCO).

• Créer un système de communication pour véhiculer les plaintes et conseils qui permettrait aux

parents et élèves de faire part des possibles violations des normes, règlements et code de

déontologie aux autorités scolaires et à la communauté.

• Améliorer les salaires des enseignants et leur cadre de vie.

• Faire en sorte que les enseignants participent plus à la vie de la communauté pour qu’ils

comprennent les attentes des parents et deviennent des acteurs pour améliorer la vie

communautaire.

• Régulariser le statut des corps enseignants pour éliminer les hiérarchies de statuts et de salaires

• Améliorer la formation professionnelle et la déontologie de tous les enseignants, y compris les

vacataires.

• Former des membres de la communauté à la vigilance pour qu’ils surveillent les droits éducatifs

des parents et des élèves.

• Créer ou renforcer le lobby communautaire pour influencer des niveaux plus élevés de la

bureaucratie technique et des représentants politiques (Russie-Tomsk et Samara).

• Renforcer la transparence du budget de l’éducation à travers l’usage de simples enquêtes de

traçabilité des dépenses publiques (PETS) et une ample formation des personnes locales à ce que

signifie un budget et non pas seulement dans le cadre d’une réforme de l’éducation (projet

Ouganda-EMIS).

• Une plus grande coordination dans les approches des donateurs pour améliorer la transparence et

la performance du budget scolaire (projet Ouganda PAF).

Notre analyse des domaines les plus prometteurs pour les réformes de la gouvernance éducationnelle au

Sénégal pointe avant tout au niveau de l’inspection et de l’administration locale. La résistance et la

situation politique présentes au niveau national fait penser que des changements réels à un niveau

supérieur à l’école secondaire (particulièrement l’université) ont beaucoup moins de chance de réussir.

Les réformes du processus budgétaire et la mise en place d’un système efficace de traçabilité des

dépenses sont des solutions à grande échelle qu’il conviendrait d’appliquer car elles concernent tous les

22

Christian Michelsen Institute. Corruption in the Education Sector, Ch. Michelsen Institute U4 Anticorruption

Centre, 2006

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL 36

More magazines by this user
Similar magazines