ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

pdf.usaid.gov

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

La présente étude vise à identifier les problématiques-clés et la vulnérabilité à la corruption dans les

politiques publiques en général, mais aussi au sein des secteurs et services administratifs spécifiques et

des acteurs non-étatiques, afin de fournir une vision stratégique sur le règlement de ces problèmes de

gouvernance. Pour ce faire, elle formule un ensemble d’options en termes de programmes que l’USAID

pourrait envisager dans l’élaboration de sa propre approche pour la réduction de la corruption au Sénégal,

et des orientations de définition des priorités quant au choix et à la combinaison de ces programmes afin

de fournir une approche stratégique cohérente dans la perspective susceptible de réussir.

Pourquoi la corruption existe-elle au Sénégal?

Il existe un certain nombre de facteurs qui facilitent la non-transparence et la corruption dans la

gouvernance au Sénégal. Ces facteurs sont entre autres :

• La culture d’extériorité face à la loi et l’inapplication des lois existantes ;

• La politisation de la bureaucratie d’Etat et son incapacité à fournir efficacement les services

sociaux de base ;

• La faiblesse des mécanismes de reddition;

• La transparence et l’accès aux informations gouvernementales limitées ;

• La réticence à la décentralisation ;

• Les compétences et capacités limitées des Organisations de la Société Civile impliquées dans les

activités de lutte contre la corruption ;

• La tolérance publique et l’acceptation généralisées de la corruption basées sur les normes

culturelles et sociales et les traditions.

A la lumière de cette analyse du contexte politique, institutionnel et culturel unique du Sénégal, le rapport

identifie quatre (4) problèmes majeurs qui ont besoin d’être résolus pour une amélioration considérable de

la gouvernance et une réduction du comportement de corruption. Ce sont :

1. Le modèle très centralisé (concentration des pouvoirs par la présidence) dans la prise de

décision, conduisant à la faiblesse de contre-pouvoirs dans les décisions de l’exécutif.

2. Le manque de transparence des actions gouvernementales et le manque d’autonomie des

institutions de contrôle et de régulation chargées d’assurer le suivi des dépenses publiques.

3. Le manque d’éthique professionnelle dans les prestations de services publics

4. l’opposition publique inadéquate et inefficace face à la corruption

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL vi

More magazines by this user
Similar magazines