sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

Le 1° juin 2001, au cours d’un repas familial, le roi Birendra et les membres

présents de sa famille sont assassinés.

Il reste une sœur de la reine, vivante, elle n’assistait pas au diner ! Mais elle trouvera

curieusement la mort dans un accident d’hélicoptère au-dessus du lac Rara quelques

jours après le massacre! Le frère puiné du roi est mort, il reste le frère cadet, Gyanendra.

Celui-ci est à Pokhara le jour du massacre. Une explication à ces meurtres est présentée :

l’assassin est le fils aîné du roi Birendra, le prince héritier Dipendra. Celui-ci a agi sous

l’influence de la drogue et de l’alcool pour se venger d’un amour déclaré impossible par

ses parents. Mais se font rapidement entendre d’autres échos :

Ce sont l’Inde, l’Angleterre, les Etats-Unis qui ont préparé ce massacre qui a été exécuté par l’état

major de l’armée népalaise

Ou :

101

C’est le gouvernement indien qui a envoyé des membres de son armée accomplir le massacre avec

la complicité de l’armée népalaise.

Tout cela à l’insu du futur roi Gyanendra ? L’avenir nous l’apprendra.

NAISSANCE DU MOUVEMENT MAOIST

En février 1996 a eu lieu la naissance du mouvement maoïste qui est devenu rapidement le Népal

Communist Party : le N.C.P. Comme il y a déjà près de vingt partis communistes au Népal ce parti

est désigné par les lettres N.C.P (M), M pour maoïste. C’est donc le parti des maoïstes, le parti des

mao, le parti mao. Des membres de l’United People Front, l’U.P.F. dont il est issu ne veulent pas

utiliser la violence, ils pensent que le Népal peut modifier ses structures politiques par le seul jeu

démocratique. Les membres du N.C.P. (M), dont Prachanda, nom de guerre de Pushpa Kamal

Dahal, prend rapidement la tête, sont, eux, persuadés que seule la violence peut changer les

structures politiques du pays. Courant 1996, son second, Baburam Bhattaraï envoi au

gouvernement dirigé par Sher Bahadur Deuba une lettre dans laquelle sont énumérés les quarante

points de réformes que les maoïstes veulent voir appliquer. Le gouvernement ne répond pas. Ce

simple parti de contestation devient alors un mouvement révolutionnaire actif qui prend les armes

contre les forces de l’ordre du roi et les dirigeants de la société que cette monarchie a façonnée.

Plus tard ce parti N.C.P. deviendra l’Union Communist Party Népal-Maoist, l’U.C.P.N.-M.

Question : Que se serait-il passé si le gouvernement de Deuba avait accepté de dialoguer avec les

maoïstes ? La guerre aurait-elle eut lieu ?

101

More magazines by this user
Similar magazines