sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

Il est évident que l’intégration des combattants maoïstes dans la Népal Army -ou dans d’autres

services nationaux de sécurité en respectant les prescriptions de l’O.N.U.-U.N.M.I.N. conduirait au

vote de la Constitution. Mais le gouvernement de Madhav Kumar Népal ne veut pas appliquer les

prescriptions de l’O.N.U.-U.N.M.I.N. Et l’Inde ne veut pas non plus que ces prescriptions soient

appliquées.

Pour que la nouvelle constitution soit votée il faut obtenir une majorité des 2/3 des voix, or le total

des voix des membres des partis ralliés au parti communiste Union Marxist Leninist n’atteint pas

cette valeur. Il en est de même d’ailleurs du total des voix obtenues par les maoïstes et leurs

sympathisants, les mao-badi.

Les médias anglophones l’écrivent régulièrement : Madhav Kumar Népal ou quelque membre du

Népali Congress ou du parti communiste U.M.L.

Invite les maoïstes à rentrer au gouvernement. Si les choses n’avancent pas, c’est de la faute des

maoïstes.

Mais ces derniers restent fermes. Ils indiquent qu’ils ne rentreront au gouvernement que lorsque :

- le pouvoir civil aura repris sa place au dessus du pouvoir militaire, c'est-à-dire qu’ils feront le

ménage à l’intérieur de la Népal Army,

- les combattants de la People Liberation Army (nombre défini par l’O.N.U.-U.NM.I.N.) auront été

intégrés dans la Népal Army –éventuellement dans différents services de sécurité-

Prachanda-Pushpa Kamal Dahal :

Joindre le gouvernement actuel serait une insulte au peuple népalais.

Ce serait aussi une insulte aux Sans-culottes de la People Liberation Army qui, pendant dix ans ont

lutté contre cette Népal Army qui était alors la Royal Népal Army, l’armée du roi.

Une coalition des maoïstes avec les partis royalistes et le Népali Congres est contre nature mais elle

n’est pas à éliminer. La solution logique est quand même celle d’une coalition de l’U.M.L. avec les

maoïstes. Est-elle possible ? Répétons qu’au sein de l’U.M.L. existe le clan dirigé par Jana Nath

Khanal qui est favorable à cette solution. Mais il n’est pas assez puissant pour s’imposer, le clan

Madhav Kumar Népal étant rigidement tourné vers la droite.

Ajoutons à cela que les membres du gouvernement actuel (et ceux de l’Assemblée constituante) ne

veulent pas perdre leur place ce qui serait le cas si le Premier ministre changeait.

312

312

More magazines by this user
Similar magazines