sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

l’insurrection maoïste, un des plus faibles des pays de la terre. Et il le serait sans doute

resté si les U.S.A., l’Angleterre, l’Inde... n’étaient venus jouer les colonialistes

124

s’immisçant dans les affaires d’autrui en obligeant l’armée népalaise à combattre les

maoïstes -Il semble que la France ne s’est pas engagée : lucidité, courage, désintérêt ?

L’avenir nous apprendra le rôle exact qu’elle a joué-

Les chefs de gouvernement de ces pays ont donc mis en place, par le moyen que l’on

sait, le roi Gyanendra, frère de Birendra. Ce dernier se refusant de lancer l’armée contre

les maoïstes au motif que ceux-ci étaient des Népalais et que l’armée était là pour

combattre des forces extérieures au pays. Puis ces étrangers ont fourni à l’armée

népalaise, des fonds, une assistance militaire : conseillers, des milliers d’armes

automatiques, quelques hélicoptères –Eurocopter : révélé par Amnesty international-

La Royal Népal Army, la R.N.A. ainsi équipée s’est donc trouvée confrontée à la People

Libération Army, la P.L.A. des maoïstes. Et tout, a soudainement changé. Avec cette

guerre civile, la R.N.A est devenue une armée de combat.

Dans ses débuts, la guerre opposait les seules forces de police et les maoïstes, puis la

police n’arrivant pas à dominer les insurgés, l’armée, nouvellement équipée, a été

engagée. Ensuite, le roi Gyanendra s’étant rapidement rendu compte que, seule, son

armée même équipée d’armes modernes n’arrivait pas à dominer l’armée maoïste, il a

fait équiper la police par la coalition des pays anti-maoïstes. Il était tristement amusant

de voir soudain les hauts gradés de la police et le roi parader côte à côte, de voir soudain

cette police vêtue de neuf, dotée d’armées automatiques...

Malgré cela, le combat est resté inégal. D’un côté une armée et une police certes bien

équipées mais commandées par des officiers, nantis du régime, de l’autre, des hommes,

des Jungle Manchés, des Hommes des bois, issus du peuple se battant pour un idéal,

pour améliorer la condition des misérables, la leur, celle de leur famille. Des Jungle-

Manches se dissimulant dans les forêts, des hommes rudes, durs au mal, habitués aux

marches interminables, aux portages inhumains. Des hommes vivant souvent comme des

animaux sauvages. La carte était jouée d’avance. L’armée n’a donc pas obtenu de

résultats probants. C’est pourquoi, à la fin du conflit, les maoïstes occupaient presque

tout le pays.

124

More magazines by this user
Similar magazines